Alexandre & Yannick
Infiné Records

Rone, Cubenx, Clara moto, Apparat, Murcof X Vanessa Wagner, Francesco Tristano, Bruce Brubaker, Aufgang, Gordon… En une dizaine d’années, le label parisien Infiné Records a su imposer sa signature, étape par étape, jusqu’à devenir un label de référence. Soucieux de mixer la virtuosité classique et expérimentale aux musiques électroniques et techno, de s’adresser tant aux clubbers qu’aux mélomanes avertis, Yannick Matray et Alexandre Cazac, membres fondateurs, ont développé un manifeste artistique inédit, riche et complexe. Du premier album de Francesco Tristano à la compilation des dix ans Tomorrow sounds better with you, retour sur l’aventure d’Infiné Records.

Avec le recul, pensez-vous avoir atteint les objectifs que vous vous étiez fixés à la création du label ?
Cela reste une surprise de pouvoir relever la tête après dix années la tête dans le guidon et se dire que l’on a tracé une belle route avec les artistes et ceux qui nous aident tous les jours. Nous restons des artisans de la découverte, de la diversité avec une volonté farouche de diffuser nos projets hors de nos frontières.

D’ailleurs, comment s’est passée votre rencontre et la mise en place de ce projet de label ?
Me concernant, ce désir grandissait en moi depuis longtemps. Une accumulation de petite frustration au cours d’expériences dans plusieurs labels, puis il y a eu la collaboration avec Sébastien Devaud qui m’a présenté Yannick Matray, et enfin, l’étincelle, un concert de Francesco Tristano aux Bouffes du Nord. Tout cela a cristallisé une énergie commune pour nous lancer dans le grand bain !

Par quels univers musicaux étiez-vous imprégnés au commencement de cette aventure ?
La musique électronique forcément, mais dès le départ le désir était de faire se frotter différentes esthétiques, susciter de la rencontre, explorer des zones inédites ; je crois que nous étions et sommes toujours animés par une curiosité commune pour les musiques.

Quelles furent les premières signatures ?
Francesco Tristano, Danton Eeprom, Apparat, Clara Moto…

Si je vous dis « iconoclaste, rigoureux, raffiné », cela semble-t-il approprié pour définir le label ?
J’adore, je crois que c’est une victoire si nous sommes perçus de cette façon.

S’il en est un défini, quel est votre manifeste artistique ?
Musique facile pour personnes exigeantes ou en anglais « Easy music for the hard to please. »

Vous œuvrez pour la diffusion et reconnaissance des musiques associant la virtuosité classique à l’électronique. Pourquoi cet angle ?
Nous œuvrons pour la diversité et la découverte. Nous aimons les échanges, l’aventure qui n’est pas dupe du passé. Alors oui, faire se frotter les grammaires du classique et de l’électronique cela nous a semblé intéressant, mais pas que! La force des rencontres, du courage et parfois une dose d’insouciance, nous ont mené sur des rivages inattendus. Et j’ai l’impression que l’exploration ne fait que commencer…

Selon vous, quel est le profil de l’auditeur 2017 ? En quoi a-t-il fondamentalement changé en une dizaine d’années ?
Excellente question : nous pensons souvent à lui ! Cela pourrait paraître stupide, mais j’ai le sentiment que beaucoup de producteurs l’oublient ce cher auditeur. Il a beaucoup changé et sans lui nous ne serions pas là ! D’ou le nom de notre compilation dix ans Tomorrow sounds better with you un clin d’œil à la French Touch, une façon de dire que nous sommes toujours tournés vers l’avenir et aussi de rendre grâce à ces auditeurs qui nous communiquent l’énergie pour continuer.

Comment expliquez-vous votre réussite dans le contexte économique difficile qu’a pu connaître l’industrie musicale ?
Sans la confiance des artistes, des partenaires et des personnes qui nous entourent, nous n’aurions pas survécu à cette période. Grâce à eux, nous nous adaptons tous les jours pour avancer. Nous sommes dans l’innovation constante pour grandir avec les projets pour lesquels nous travaillons.

À quoi doit-on s’attendre chez Infiné pour cette mémorable année 2017 ?
Alors, il va falloir nous suivre parce qu’elle s’annonce foisonnante… elle sera à notre image, riche en surprises.

site internet
http://www.infine-music.com/

Photographe : Mathieu Farcy / Signatures
Interview : Pascal Sanson