CATHERINE & ANTOINE

La Lune des Pirates, Amiens

La Lune des Pirates fête ses 30 ans d’existence avec une belle série de concerts au mois de mai. Au programme : Shannon Wright, Suuns, Albin de la Simone, Sandra Nkaké, etc.
Catherine Lepot, présidente de l’association, et Antoine Grillon, directeur et programmateur, reviennent sur l’histoire de cette petite salle de concert atypique qui est un phare dans la culture amiénoise.

Comment La Lune des Pirates a-t-elle été créée il y a trente ans ?
L’Amicale des Indiens Picards, un collectif d’artistes et de dénicheurs de talents, organisait déjà de nombreux événements sur Amiens et ailleurs. Il lui manquait un lieu insolite pour accueillir des « faiseurs de sons » de tous horizons. L’association a alors aménagé un ancien entrepôt de bananes, dans le quartier Saint-Leu qui était alors aux prémices de sa rénovation. Ce lieu, baptisé La Lune des Pirates, a ouvert en mai 1987.

À quel moment la salle est-elle devenue un lieu bien identifié ?
À partir de 1998 quand l’association Lune des Pirates Spectacles a repris la gestion globale du lieu. Fini le café-concert, place à une salle de diffusion, d’accompagnement et d’action culturelle, devenue par la suite une SMAC (Scène de Musiques actuelles) labellisée par le Ministère de la Culture. Avec ces nouvelles missions, La Lune s’est alors professionnalisée tout en conservant un vivier de bénévoles, nécessaire à son fonctionnement et à son dynamisme.

Est-il difficile de faire vivre une salle dans une ville coincée entre Paris et Lille ?
La Lune reste un endroit à part. Peut-être que les lieux qui lui ressemblent le plus se trouvent davantage en Angleterre qu’en France. Sans avoir la prétention d’inventer quelque chose, nous aspirons à faire vivre au public une expérience singulière, à travers un accueil, une ambiance et une programmation. Nous vivons la proximité — relative — avec Paris et Lille comme un atout plus que comme une contrainte.

Qu’est-ce que les artistes, d’ici ou d’ailleurs, apprécient dans votre salle ?
La Lune des Pirates est une salle qui a une âme. C’est l’une des plus vieilles salles de France et des milliers de musiciens de tous les styles s’y sont produits. C’est quelque chose qui se ressent. Également, la configuration de la salle est assez atypique. Lorsque l’on est sur scène, le groupe joue devant un mur de public, avec la fosse, les gradins et la mezzanine. Et les musiciens ne peuvent pas se défiler de la scène, car il n’y a pas de dégagement ! Ils sont obligés de passer par le public avant et après leur concert. Cela peut donner des scènes assez cocasses… Enfin, l’emplacement de La Lune est assez sympa, dans un quartier festif à côté de la Somme, proche du centre historique, et avec une loge qui a une vue sur la cathédrale !

En trente ans, quels ont été les moments les plus mémorables de la salle ?
L’ouverture de la salle reste l’un des moments les plus mémorables. Le quartier Saint-Leu, alors en léthargie, a soudainement été le lieu vers lequel convergeait une foule de gens désireux de partager des moments de convivialité et de découvertes musicales. La salle a ainsi contribué à donner une nouvelle image à cette partie d’Amiens, jusque-là délaissée, voire dénigrée par une grande partie de sa population.

Quels sont les artistes que vous avez accueillis dont vous êtes le plus fiers ?
La Lune peut s’enorgueillir d’avoir accueilli des artistes avant qu’ils ne soient médiatisés, comme Noir Désir ou -M-. Cependant c’est l’ensemble des artistes, qu’ils soient locaux, nationaux ou internationaux, qui ont emprunté cet escalier improbable pour descendre de leur loge et atterrir sur la scène exiguë, qui ont contribué à faire de La Lune ce qu’elle est aujourd’hui.

Comment avez-vous imaginé la fête des 30 ans ?
L’événement, du 15 au 20 mai, sera à la fois un clin d’œil au passé avec la programmation de groupes qui ont marqué La Lune (Suuns, Albin de la Simone, Burning Heads), mais aussi la reformation de certains projets (The Name, Molly’s). Nous accueillerons également Shannon Wright et Sandra Nkaké. Et enfin, en clôture, il y aura un concert sur le parvis de la cathédrale avec Peter Hook & The light, Jabberwocky et French 79. Des expositions et d’autres animations ludiques sont aussi prévues. Pas de quoi s’ennuyer donc !

Site internet
www.lalune.net

Photographe : Ludo Leleu
Interview : Olivier Pernot