La
playlist

la-playlist1d

François de Roubaix
Anthologie et musiques de film (Divers)

Souvent désigné comme le Ennio Morricone français, François de Roubaix imprima de sa marque les génériques télévisés et le cinéma populaire des années 60 et 70. De nombreuses rééditions et compilations rendent hommage au compositeur de Chapi Chapo et de la Scoumoune. D’autres, à l’égal de Missy Elliott, Robbie Williams et Snoop Dog n’hésiteront pas à piocher allégrement dans ses arpèges synthétiques comme dans une usine à samples.

*****

la-playlist1

Todd Terje
It’s album time (Olsen Records – Pias)

Après le carton house Inspecteur Norse, le norvégien Todd Terje, apôtre du nu-disco, rappliquait au printemps avec 11 titres nous jouer la mélodie du bonheur. Avant même que l’album ne se classe au top des charts, la parution en février du maxi Delorean Dynamite préludait déjà un classique du dancefloor. En peu de temps, l’oreille est séduite par ce cocktail de nappes hydrophiles et boucles magnétiques qui vous emmènent gambader dans les champs d’endomorphines.

*****

la-playlist1e

Exuma
Exuma (Mercury)

Esotérique, s’il fallait classer le 1er disque Exuma, c’est à ce qualificatif qu’il se rattacherait le mieux. Mélange de vaudou, de calypso, d’Afrique et de folk psychédélique, l’album enregistré en plein flower power vibre comme une incantation hippie aux esprits. Tout juste paré d’une guitare acoustique, de tambours et sifflets, l’auteur compositeur et interprète bahaméen Anthony McKay réveille de sa voix éraillée les chimères du bayou.

*****

la-playlist1b

Matias Aguyo
Ay Ay Ay (Kompak)

En 2009 le Dj Chilien et résident berlinois Matias Aguyo publiait sur Kompakt un surprenant Ay Ay Ay. En se constituant comme le principal instrument de ses morceaux, le compositeur et interprète excentre et expérimente une nouvelle écriture électronique. Une vision musicale singulière qui fait danser sur des soupirs, des hoquets et gémissements. Dès lors, lignes de basse, nappes et collages rythmiques s’imprègnent de la chaleur humaine. Un classique.

*****

la-playlist1f

Diapositive
Morning games EP (Tcheaz)

On connaît ces deux frangins marseillais depuis 2013, quand le graphiste et le musicien montèrent le label Tcheaz pour sortir leur propre musique. A l’époque, un 1er titre July ride, nous donnait à entendre sur une belle ligne de basse un fond de deep house aux accents joyeux. En mars 2014, leur 3ème parution Morning games file ce même et bon coton houssy avec son ciel de flamands roses, ses nappes synthétiques en suspensions et touches acides.
D’agréables jeux du matin.

*****

la-playlist1c

Lana Del Rey
Ultraviolence (Polydor – Interscope)

Pour ceux qui ne le sauraient pas, Lana Del Rey, veuve de marin perdue à Los Angeles, continue son exploration du Hollywood Sad Core. Sur ce magistral et incandescent 2nd opus ; de la nostalgie en réverbe, un cœur qui saigne, un soupçon d’irrévérence et la voix lynchéenne de la belle californienne. A dimension cinématographique, la magie opère avec son lot de cartes postales : belles carrosseries, langoureuses sorties de piscine, soleil au zénith, coolitude jazz.