Léo
Catonnet

Récent lauréat du trophée 2014 « Des Ateliers numériques » remis par le ministère de la culture et de la communication, pour l’initiative collective de plateforme pluridisciplinaire et participative « Le carrousel culturel », Léo Catonnet n’en est pas à un projet près. Formé à l’ESAD, le brillant étudiant amiénois vient de lancer avec quatre designers le projet NOIDD. Une application web permettant le partage de contenus multimédias, musique et vidéos clips, en direct. Accessible, collective, culturelle et ludique, NOIDD pourrait bien à terme rencontrer un joli succès. Portrait et retour sur cette aventure numérique avec l’un de ses fondateurs, Léo Catonnet.


Quel est ton parcours ?

J’ai été attiré par le design très tôt, j’ai commencé alors à préparer un bac STI Arts Appliqués, que je n’ai pas mené à son terme. Après un bac littéraire en candidat libre, je suis rentré à l’Ecole Supérieure d’Art et de Design (ESAD) d’Amiens en 2010. D’abord intéressé par la typographie, je me suis ensuite assez vite tourné vers le design web puis le design génératif. Je viens de terminer un double cursus entre l’ESAD et l’UTC sur le design d’interface, d’expérience, numérique et les sciences cognitives. Complémentaires. Aujourd’hui, je prépare mon projet de diplôme DNSEP toujours à l’ESAD, après avoir rendu un mémoire sur l’émergence dans le jeu vidéo.

Qu’est-ce que le design numérique ?

On imagine souvent le design numérique comme le graphisme appliqué à un écran mais on effleure le sujet. Le designer numérique doit imaginer sa création comme un objet qui sera utilisé et donc prévoir les interactions possibles. Le design numérique, c’est rendre les objets numériques (comme les applications, les jeux vidéos, les sites) plus agréables à utiliser ; ça implique l’aspect visuel, mais aussi la bonne conception en amont des interactions.

Ton orientation vers le design numérique a t-elle un lien avec ta passion pour les jeux vidéo ?

Indéniablement ! Je n’ai eu ma première console de jeu et mon premier ordinateur que très tard par rapport aux gars de ma génération, du coup j’ai rattrapé mon retard et suis tombé dans une boulimie de jeux vidéo et de numérique. Mon intérêt pour le graphisme est venu de là. J’ai vite allié jeu vidéo et graphisme en bidouillant les visuels des interface de mes jeux. En entrant à l’ESAD, j’ai remis les mains dans le numérique en apprenant à utiliser le code à des fins créatives. Et le jeu vidéo est rentré dans mon travail.

Le projet Noidd réunit plusieurs talents, qui sont-ils ?

Benjamin Calméjane de l’ESAD, Lucien Catonnet en master de programmation à l’ENJMIN d’Angoulême, Mayk Navangi en design graphique à l’ESAD et Maxime Vernédal en design d’espace urbain à La Cambre de Bruxelles.

En quoi cela consiste t-il ?

Noidd est une application web sur laquelle les gens écoutent de la musique en direct avec d’autres personnes. Genre un chat musical, sur lequel on peut se connecter grâce à un canal existant ou en créer un nouveau. Quand une vidéo passe, toutes les personnes connectées la regardent de façon synchrone. Il est possible d’aller chercher de la musique directement sur le site qui agrège des résultats de YouTube et de Sound Cloud. Lorsque l’on poste un contenu, on remplace automatiquement celui en cours de diffusion. Plus les gens “like” un contenu, plus son temps de diffusion augmente.

Pourquoi avoir choisi la musique et la vidéo comme seul mode d’expression de l’application Noidd ?

On ne voulait pas que le contenu soit trop paraphrasé comme dans un chat écrit. La musique et la vidéo sont suffisamment signifiantes, et s’y limiter ajoute une part de mystère et d’imagination. Après si les gens veulent se retrouver sur d’autres réseaux pour discuter, pas de souci.

Quels sont vos objectifs avec Noidd ?

A court et moyen termes, notre objectif est de communiquer sur le service et de finaliser toutes les fonctions, entre autres celle permettant aux canaux d’être administrés par des utilisateurs, qui nous permettra de proposer à des artistes, des labels ou des blogs musicaux des partenariats afin qu’ils disposent d’un espace de diffusion sur mesure sur notre site. L’idée principale c’est d’atteindre au plus vite la masse critique d’utilisateurs pour avoir de l’activité 24h sur 24.

Quels soutiens avez-vous reçu ?

Celui de nos proches. Et celui de l’ESAD, de nos professeurs, de la directrice Barbara Dennys, qui ont vite compris le potentiel de notre projet et ont salué l’initiative.

www.noidd.com
www.leocat.fr

Photographe : Gaël Clariana