Michel Lagarde,
Agent 002, Paris

Ci-dessus : Michel Lagarde entouré de Nicolas Pitzalis et de Constance Frémiot, nouvelle community manageuse de la belle équipe.

En près de vingt-cinq ans, Michel Lagarde, chasseur de talents émérite, a construit un « empire » de portée internationale dédié au monde de l’illustration. Lancée à Paris en 1992, l’agence Illustrissimo sera suivie de deux nouvelles structures, Agent 002 en 1999 et Lezilus en 2005 coachées en partie par les agents chevronnés que sont Sophie Federkeil et Nicolas Pitzalis. Homme à l’allure discrète, Michel Lagarde, à la tête également d’une galerie éponyme et d’une maison d’édition, se révèle être un véritable capitaine de navire doté d’une sensibilité artistique aiguisée. Rencontre.


D’où vient ton intérêt pour le monde des arts graphiques ? Quels ont été les événements ou les rencontres qui t’ont décidé à embrasser le métier d’agent ?
Mon intérêt pour les arts graphiques remonte à mon plus jeune âge. Enfant, je découpais les illustrations dans les magazines pour me constituer ma bibliothèque d’images (bien avant l’invention d’internet). J’ai poursuivi cette démarche plus tard en constituant les portfolios des artistes que je représente aujourd’hui (même s’il s’agit de la génération d’après).
Le déclic est venu de mon addiction précoce à la bande dessinée, et du plaisir de rencontrer mes auteurs préférés au festival de la Bande dessinée d’Angoulême où je me rends en pèlerinage (quasi ininterrompu) depuis l’âge de dix ans (l’année de la sortie de Tintin et les Picaros et de la venue d’Hergé !). De rencontres en rencontres, je suis devenu éditeur de sérigraphies à Bordeaux à l’âge de dix-huit ans et agent à vingt-cinq lors de mon arrivée à Paris.

De quelle façon sélectionnes-tu les auteurs qui figureront dans le prochain catalogue de l’agence ?
Les auteurs sont choisis en fonction de critères qui me sont propres : l’intérêt du travail d’une part et la qualité de la relation que je pressens entre l’artiste et son futur agent. C’est avant tout une marque de confiance réciproque.

Aujourd’hui, la place laissée à l’illustration dans les médias est considérable. Quelle analyse en fais-tu ?
L’illustration a pris une place plus importante dans les médias tous genres confondus, un retour flagrant dans la presse (même si la presse a perdu une grosse partie de son influence pour devenir un marché de niche), mais l’animation sur les petits et grands écrans ont rendu celle-ci plus visible qu’auparavant.

En vingt-cinq ans, quelles ont été pour toi les (r)évolutions majeures dans le monde de l’illustration et des arts graphiques ?
La grosse révolution que constitue l’arrivée d’internet à haut débit a permis de faire ressurgir un siècle d’images en un clic. Les vocations d’illustrateur se sont multipliées, sans que le marché puisse absorber chaque année les trois cents nouveaux talents qui sortent des écoles de France.

Y a-t-il eu un impact direct dans la structure de ton agence ?
L’impact pour les agents est évident, avec une concentration très forte sur une poignée d’enseignes. Il y a de plus en plus de demandes d’artistes (plus de cinq cents nous concernent chaque année) pour un nombre d’acteurs très limité : une quinzaine d’agents à Paris pour cinq cents places disponibles et dix illustrateurs qui tiennent le haut du pavé, dont les noms changent tous les trois ans environ. Cette démultiplication des talents a permis de faire monter le niveau général de la création en France, et l’envie des directeurs artistiques est plus forte qu’auparavant pour installer des signatures. Chez nous, parmi les têtes d’affiche se trouvent Jean Jullien (agence Illustrissimo), McBess (agence Lezilus),
Monsieur Z (agence Agent 002), Tyrsa parmi une centaine d’autres talents.

Tu diriges trois agences pour une centaine d’illustrateurs, une maison d’édition et une galerie. Quels sont tes prochains projets pour 2016 ?
Parmi les projets de 2016, une nouvelle galerie pop-up store ouverte aux jeunes talents à Paris, la création d’une revue de prestige sur l’illustration. Et toujours trois à quatre livres par an et quelques centaines de commandes pour les illustrateurs dont nous nous occupons.

Sites internet
www.agent002.com
www.illustrissimo.fr
www.lezilus.fr

Photographe : Mathieu Farcy