PERRINE CHEVALON

Tout pour la musique, Lille

Depuis dix ans, Perrine Chevalon est responsable de la communication et du marketing d’A Gauche de La Lune. Cette agence de production de concerts, incontournable dans le Nord, organise aussi les tournées de Wax Tailor, Le Peuple de l’Herbe, Puppetmastaz ou An Pierlé. Passionnée de musique depuis son enfance, la jeune femme est aussi une sportive accomplie, auparavant en équitation et désormais en roller derby. Depuis cinq ans, elle se transforme ainsi en Rage Moss, son identité au sein de l’équipe Roller Derby Lille.

Comment es-tu rentrée dans la musique ?
A six ans, j’ai complètement flashé sur la bande originale du film Cotton Club et j’ai eu envie de jouer de jazz, de faire du saxophone. Ce que j’ai fait jusqu’à mes 17 ans dans les différents orchestres de mon village, Violaines. J’ai joué aussi du hautbois. Nous avions des répétitions, des concerts, des défilés. On jouait du classique, des morceaux de bandes originales de films, du jazz. Cela m’a complètement plongé dans la musique.

 

Quels ont été les artistes majeurs de ton adolescence, période charnière dans l’affirmation de ses goûts musicaux ?
Le premier album que j’ai acheté, c’est In Utero de Nirvana. J’étais en sixième. A cette époque, j’écoutais aussi Rage Against The Machine, Korn ou Smashing Pumpkins. Et puis également David Bowie et Roxy Music, pour le côté saxophone.

 

Professionnellement, dans quelle voie te dirigeais-tu ?
Mon grand-père était médecin de campagne, mon père est pneumologue, ma mère est infirmière urgentiste. Alors je pensais travailler dans le secteur médical. Et puis, comme j’avais une discussion facile, que je m’intéressais à la communication, j’ai intégré l’Ecole française des attachés de presse (Efap) à Lille. Lors d’un stage au festival Art Rock à Saint-Brieuc, j’ai pris une claque. Je n’avais jamais mis les pieds dans un festival. J’ai découvert le côté organisationnel, l’envers du décor. Toute cette effervescence avec des personnes passionnées par leur métier. Et puis tous les sourires des gens dans le public. Après l’Efap, pour tenter une autre expérience dans la musique, je suis allé travailler un an à Paris chez Universal, dans la division qui gère le merchandising. Cela m’a appris à avoir une réflexion marketing, mais j’avais toujours en moi cette envie de travailler dans la production de concerts.

 

Alors tu es rentrée dans le Nord et tu as travaillé pour France Leduc, avant de rejoindre l’équipe du producteur et tourneur A Gauche de La Lune.
Exactement. Avec France Leduc, j’ai appris pendant trois ans à travailler avec une productrice de spectacles. Elle ne lâche rien et elle mène toujours ses idées à bout ! Que ce soit le Main Square Festival ou maintenant le Touquet Music Beach Festival. Puis, j’ai été recruté par l’agence A Gauche de La Lune. L’été prochain, cela fera dix ans que je suis chez AGDL. Mon poste a radicalement évolué. Je suis rentrée comme chargé de communication et maintenant je suis directrice marketing et billetterie. Je ne me lasse pas de ce métier et des personnes avec qui je travaille. J’ai énormément de chance.

 

Quels sont les artistes soutenus par A Gauche de La Lune avec qui tu aimes travailler ?
Il y a Wax Tailor bien sûr. Une vraie relation de confiance amicale s’est installée entre nous. Je suis très heureuse aussi de travailler avec Puppetmastaz. Ces mecs sont ouverts aux propositions farfelues. Je citerai aussi Girls In Hawaii. Le groupe et son équipe sont incroyables, et les concerts de la formation sont dingues. Il y a aussi Dub Inc. Ces mecs, c’est du bonheur. Ou encore Kid Francescoli. Ses disques sont mes albums de chevet.

 

Dans ce milieu de la musique, tu es quelqu’un de très posée et en même temps très déterminée.
Il n’y a pas plus straight edge que moi : je ne bois pas d’alcool, je ne fume pas, je ne me drogue pas ! Ma détermination, je la tiens sans doute de l’apprentissage des instruments de musique et aussi de l’équitation que j’ai pratiquée quand j’étais enfant. C’est un sport exigeant. Ces expériences, la musique et l’équitation, m’ont apporté de la rigueur et de la ténacité.

 

Ta nouvelle passion sportive, c’est le roller derby. Tu te transformes alors en Rage Moss, c’est ton surnom sur le terrain.
J’ai commencé en 2012 dans l’équipe du Roller Deby Lille. C’était le tout début du roller derby en France. Aujourd’hui, le club compte six équipes et près de 200 personnes, avec même une équipe de pompom boys. Notre équipe a été championne de France de Nationale 2 l’année dernière et donc nous jouons cette année en Nationale 1. C’est un vrai sport de contact, physiquement éprouvant. Cela me sort complètement de l’univers de la musique. Pour moi, le roller derby, c’est un exutoire !

site internet
www.agauchedelalune.com / www.rollerderbylille.fr

Photographe: Mathieu Farcy
Interview: Olivier Pernot