La playlist été 2017

Ci-dessus :
Cabaret Contemporain

 1/CABARET CONTEMPORAIN — Satellite Ep
(Autoproduit/Alter K) En quatre ans, le quintet Cabaret Contemporain, aura réussi à transmettre sa passion des instruments classiques mis au service de la musique techno. Après un premier Ep Cheap Imitation et leur magnifique album éponyme en 2016, les cinq musiciens reviennent avec Satellite et de nouveaux collaborateurs en la personne d’Arnaud Rebotini et French 79. En quatre tracks, Cabaret Contemporain prouve une fois de plus l’efficacité de sa ligne directrice, à partir de l’acoustique restituer une techno organique, hypnotique, aventureuse, expérimentale. Une fois de plus, le pari est réussi.

 2/ DELIA GONZALEZ — Horse Follows Darkness
(DFA Records) Dès les premières notes d’Horse Follows Darkness, la magie Delia Gonzalez opère, intacte. Ces quelques notes qui en un laps de temps infime et presque de façon imperceptible, vous hypnotisent. Moins mélancolique, plus dense que le précédent In Remembrance, ce nouvel album surprend par ses inattendues influences entre l’esprit des westerns 60’s, Satie et les groupes Krautrock Neu!, Harmonia. Il n’en demeure pas moins un paradis de musique analogique avec ses Korg Poly, Prophet VS ou SH 101 et n’est pas sans rappeler sur Vesuvio, par exemple, l’empreinte du duo Delia Gonzalez et Gavin Russom. Indispensable.

3/ !!! — Shake The Shudder (Warp Records)
Septième opus pour les impétueux !!! (prononcez chk chk chk) dont la réputation de roi du dance – punk made in US n’est plus à faire en onze ans de carrière. Shake The Shudder, fiévreux et surexcité, n’a rien à envier à ses prédécesseurs, même s’il tend vers une musique Dance plus épure et expérimentale. Fidèle aux cocktails musicaux explosifs, plusieurs tracks semblent taillés pour les dancefloor associant R&B, House et Dub disco, on pense à Dancing is the best Revenge, Throw yourself in the river… Bien que sorti au printemps, ce nouveau long format des New-Yorkais pourrait bien être au final l’album de l’été.

4/ CARL CRAIG — Versus (InFiné)
Accompagné du pianiste Francesco Tristano et de l’orchestre symphonique Les Siècles sous la direction de François Xavier Roth, le pionnier de la techno de Détroit, Carl Craig confronte quatorze de ses compositions à la lumière de la musique classique. La prise de risque valait la peine, tant Versus se révèle stimulant, frondeur et d’une magnifique facture. La grâce venant toucher des titres comme Darkness, C-Beams Glitter, Technology… Voici donc réalisé le projet engagé par Carl Craig, il y a plus de dix ans, celui de confronter sa vision de la techno à la musique orchestrale.