LA PLAYLIST hiver 2017 – 2018

1/CHARLOTTE GAINSBOURG — Rest (Because Music)
Après avoir collaboré avec Air et Beck, Charlotte Gainsbourg a eu l’excellente idée de travailler sur son nouvel album avec SebastiAn. L’artificier du label Ed Banger a imaginé des écrins électroniques idéaux pour les mots sensibles de la chanteuse, qui plonge avec élégance dans la langue française (touchant Lying With You en hommage à son père, somptueux Les Oxalis). Autre sommet du disque, Rest, comptine à fleur de peau, écrite et composée avec Guy Man de Daft Punk. Et une étrangeté, Songbird In A Cage, signée Sir Paul McCartney, qui est venu jouer en personne guitares, piano et batterie additionnelle. Mais loin du générique prestigieux, ce long-format est avant tout celui de Charlotte Gainsbourg dont la voix et l’âme irradient les compositions.

2/NILS FRAHM — All Melody (Erased Tapes Records)
Il y a quelque chose de sacré dans la musique de Nils Frahm. Une dimension que l’on retrouve dès les voix en introduction de ce septième album et qui se prolonge avec la solennité du splendide deuxième morceau, Sunson. Ces derniers mois, le pianiste allemand s’est construit à Berlin un studio d’enregistrement pour libérer sa créativité. Dans cet environnement idéal, le musicien a imaginé douze titres qui se déploient entre musique classique, électronique / ambient et world. Les compositions trouvent leur intemporalité dans le choix des instruments (voix, piano, orgue à tuyaux, harmonium, cuivres) et dans leurs arrangements, d’une grande douceur. Cette intemporalité peut être aussi balayée parfois par des textures électroniques contemporaines plus prononcées (All Melody, #2).

3/WEEKEND AFFAIR — Du rivage (Play it Loudly Records / Partyfine)
Après deux EP (Sweet Face et The Last Time You Had Fun) regroupés sur un long-format, Weekend Affair avait disparu des radars. Composé de Louis Aguilar et Cyril Debarge, deux musiciens rodés de la scène lilloise, le groupe offrait alors une pop électronique chantée en anglais. En ce début d’année, Weekend Affair réapparait avec un nouvel album et cette fois, des chansons en français. Avec son phrasé cool à la Jean-Louis Murat, Louis Aguilar séduit complètement. D’autant que les orchestrations des morceaux, entre pop et disco, sont ornées de détails percussifs et de synthés au groove analogique. Pour ce disque, pleinement réussi, Weekend Affair a bénéficié de l’aide d’Albin de la Simone et de Yuksek, qui publie l’album sur son label Partyfine. Sortie le 2 février.

4/MUSIQUE AMBIANTE FRANCAISE VOL.1 — Artiste divers (Tigersushi)
Etienne Jaumet, Joakim, I-cube, Mondkopf, Egyptology, Essaie pas, Romain Turzi… Autant d’artistes réunis sur cette éthérée compilation pour témoigner de l’intérêt, de l’engouement et du talent de la scène artistique française pour l’ambient et les musiques expérimentales. La musique ici est envisagée comme un transport vers des territoires nouveaux où l’auditeur se mue en entité aérienne ou immatérielle. Une expérience auditive authentique, addictive, presque hypnagogique que l’on ne peut que vous recommander. On attend avec impatience la parution prochaine d’un second volet.