La Playlist automne 2017

1/ BICEP – Bicep (Ninja Tune)
Dans ce monde où tout va de plus en plus vite, l’éclosion de Bicep a pourtant pris une dizaine d’années. Le duo irlandais s’est d’abord fait remarquer dès 2008 avec son blog, Feelmybicep. Puis avec un label et des soirées du même nom à Londres. Bicep est alors devenu une paire de DJ plébiscités pour ses sets euphorisants entre house hédoniste et disco cosmique. Après plusieurs maxis, Bicep s’essaie aujourd’hui au long-format avec ce premier album éponyme. Un disque d’une house un peu froide et élégante, comme Metro Area en son temps, nimbée dans des climats downtempo et saupoudré d’atmosphères dubstep à la Burial et de quelques rythmiques doucement drum’n’bass.

2/ GREGORY PORTER – Nat “King” Cole & Me (Blue Note)
Gregory Porter enthousiasme un public plus beaucoup large que le cadre strict du jazz. Le chanteur américain n’hésite pas à collaborer ainsi avec le duo house Disclosure ou à reprendre en concert la soul torride de The Temptations. Pour son nouveau long-format, Gregory Porter surprend encore et plonge dans le jazz de Nat King Cole. Les interprétations sont portées par la sensibilité des cordes et la profondeur des bois du London Studio Orchestra, avec la finesse des arrangements de Vince Mendoza. Et toujours cette voix chaude du Californien qui fait voyager dans les époques, d’aujourd’hui aux 50’ /60’ durant lesquelles Nat Cole était le king du jazz vocal.

3/ CHLOE – Endless Revisions (Lumière noire records)
Troisième album, pour l’une des artistes majeures de la scène électronique française, après sept années dédiées à nombres collaborations entre le cinéma et l’expérimentation. Avec Endless Revisions Chloé confirme ses talents d’alchimiste du son et son envie de dépasser la simple minimal techno. Pop et techno contrariées, voix racées, captations d’ambiance, rythmes hypnagogiques, featuring habités, les treize titres d’Endless Revisions peignent des paysages sonores clair-obscur dans lesquels l’auditeur ne peut que sombrer. L’une des productions musicales les plus réussies de cette année 2017.—

4/ ELEANOR SHINE – Album éponyme (La Mais°n)
Ne cherchez pas à placer ce premier opus d’Eleanor Shine dans un genre musical quelqu’il soit, vous n’y arriveriez pas. Bien que les inspirations, les références soient multiples, Eleanor Shine réussit le pari de la cohérence, celui d’un univers complexe au-delà des apparences, intime et captivant. Avec pour seuls guides un violon, sa voix et un soupçon d’artifices et de poésie, Eleanor Shine décloisonne, bouscule en huit compositions tant la chanson française que la noise, le post-rock ou le classique. Un album singulier, dense, à vivre comme un ravissement, sorti sur l’atypique et beau label La Mais°n.